Les règles du jeu

Les règles du jeu« En approchant de l’école et du parc, je remarquai une silhouette de l’autre côté de la rue qui courait elle aussi dans la même direction que moi. C’était lui ! Il était en retard comme moi ! Mon coeur se mit à battre la chamade.
Sans me voir, il traversa la rue en courant vers la porte d’entrée. Je le suivais de près. La cloche sonna. Il redoubla de vitesse avec moi à ses trousses. Il disparut dans les escaliers. J’étais trop énervée et essoufflée pour le rattraper. »

« Je voyais bien que je m’inventais une histoire qui n’existait pas vraiment ou du moins qui avait beaucoup plus d’importance dans ma tête que dans la réalité. »

J’étais Isabeau

J'étais Isabeau« Ma meilleure amie s’appelait Marie. Dans une autre vie, on devait être la même personne. Dans le même corps, avec la même âme. Soudées l’une à l’autre à jamais, comme des siamoises. En plus de Maria, je lui avais trouvé une série de noms. Mais mon préféré, c’était Marie-Bonheur.
Ça lui allait tellement bien. On dirait qu’elle était née dedans. Moi, je n’étais pas tombée dans la même marmite. Ce n’était pas le bonheur qui me collait après, mais plutôt la bêtise humaine; ma vie en général était toute croche. Pas moyen d’avoir une vie paisible. C’était une sorte d’ouragan permanent. »

Le plus fou et le plus beau dans tout ça, c’était que moi, Isabeau Carpentier- Dumouchel, j’étais sa meilleure amie. Elle me l’avait dit. Mais tout ça, c’était dans une autre vie…