Quelque part entre ici et la mort

Quelque part entre ici et la mort« Une adolescente marche dans la nuit. Elle a oublié où elle voulait aller. Elle ne se pose pas de question. Quelque chose lui dit qu’elle doit avancer, c’est tout. Quel drôle de paysage brumeux ! Très noir. Des lampadaires distillent une clarté diffuse. (…) C’est bien étonnant, tout ça.
Elle marche simplement, sans se demander où elle va. Ni d’où elle vient. On respire sans s’en rendre compte. Le coeur bat sans qu’on s’en occupe. Elle avance comme une automate, une somnambule. Pourtant, elle a toute sa tête. Elle regarde autour d’elle, essayant de s’y retrouver. »

« – Tiens, une nouvelle ! s’écrie quelqu’un. Prise au dépourvu, elle a du mal à réagir. Quand elle se retourne, les gens ont disparu.
Ce n’est pas possible. Où sont-ils passés ? »

La lettre F

La lettre F« Je m’appelais Serge Féneau et la chasse était ouverte.
Où aller quand on ne peut rentrer chez soi ? »

« Ce n’était pas la première fois que je voyais quelqu’un mourir.
Cette fois, c’était très spécial, parce que je connaissais bien Daniel Fauteux.
… À certains moments, c’était le grand ménage et on menait de grandes opérations d’assainissement.
Les coupables n’étaient jamais punis.
Jamais.
Alors, soudain, j’ai compris. Mes mains tremblaient.
Je fis un effort pour me calmer, car ma nervosité pouvait me rendre suspect.
C’était vraiment le moment où il fallait passer inaperçu. J’ai réussi à me contrôler et je me suis enfui. »

Le béret vert

Le béret vert« – Peux-tu me passer ta gomme à effacer ? me demanda Pablo.
– Plus tard. Tu vois bien que je suis occupé !
J’avais été tellement brusque avec lui qu’il en avait le visage décomposé.
J’ai senti que Didier nous regardait sans dire un mot. Et j’ai tendu tout de suite ma gomme à Pablo.
– Excuse-moi. Je ne voulais pas…
Moi, je ne m’excusais jamais. Cette fois, j’ai été conscient de mon manque de gentillesse. Parce que Didier était là. »