Histoires d’amour, de mort et d’humour

Histoires d’amour, de mort et d’humour

Personne ne voit Claire
Claire avait souvent l’impression de ne pas exister aux yeux
des autres. Elle en vint même à se demander si elle n’était pas
transparente. Un jour, cela se produisit. À force de passer ina-
perçue, la jeune fille disparut. Pour de vrai. Jusqu’au jour où…

R.I.P.
François Grillet est mort. Ce n’était ni un accident, ni un suicide,
ni un meurtre… Le jeune François Grillet n’est pas mort comme
tout le monde. Si je vous le disais, vous ne me croiriez pas.
Comment expliquer l’inexplicable ? C’est cliché de le dire, mais
certains faits dépassent le réel…

La Guéguenille
Cachée au sous-sol de la maison familiale, la Guéguenille est
une créature maléfique qui terrorise le jeune Louis. Pour l’aider
à surmonter sa frayeur, son frère Clément et sa soeur Stéphanie
imaginent un audacieux stratagème. Mais peut-on vraiment se
débarrasser de la Guéguenille ?

La machine à mesurer l’amour
Je t’aime ! Tu m’aimes ! Oui, mais combien gros ? C’est à cette
question… et à toutes les réponses possibles que s’attaquera le
beau François Métivier avec sa machine à mesurer l’amour.

Un cadavre au dessert
L’intrigue se passe dans un restaurant chic où l’inspecteur et
son amie Élisabeth passent la soirée. L’amour flotte dans le
resto, mais dans les cuisines, c’est la guerre, et les guerres
finissent toujours mal. Mais l’inspecteur et Élisabeth surtout
parviendront à élucider le mystère du cadavre au dessert en
deux coups de cuillère à pot.

La machine à mesurer l’amour

La machine à mesurer l'amour« — Je t’aime, Jeanne Blanchet. La déclaration, bien qu’un peu concise pour ceux qui préfèrent les grandes envolées romantiques, avait le mérite d’être limpide.
La belle, toujours dans l’embrasure de la porte, étonnée par la visite impromptue de François Métivier, avait d’abord plongé ses yeux dans les siens. Puis, sans prononcer un mot, elle avait reculé de trois pas et lui avait claqué la porte au nez.
Ce qui était plutôt limpide aussi. Métivier n’a pas bronché. Et quand Jeanne a rouvert deux heures plus tard, il était toujours là, sur le balcon, à l’attendre. »

« — Je t’aime mille fois plus que Bobby ! avait affirmé Métivier dans un dernier baroud d’honneur.
— Comment peux-tu en être si certain ? »

L’été indien et 43 petites histoires

L'été indien et 43 petites histoiresEntrez, entrez dans notre amusante galerie papier, petit répertoire de mots et d’idées mélangés !

À travers ces 44 tableaux, vous aurez le plaisir de rencontrer l’expression de nos particularités : cabane à sucre, skidoo, blé d’inde, chemises à carreaux, tuques et mitaines.

Ah oui, sirop d’érable s’y trouve aussi !
Entrez, entrez, vous êtes les bienvenus !
Mais, je n’en dis pas plus, motus et bouche cousue.
À la fin de ce voyage, votre curiosité sera repue.