Le pisteur de vinyles

Le pisteur de vinyles

« Prosper Saline ouvrit immédiatement la négociation :
— Et si j’accepte de t’aider, quel sera mon salaire ?
Un sourire se dessina sur les lèvres de Rainbow Man. Il tendit la main, doigts écartés, et il lâcha quelques mots tout contre sa paume. Le pisteur comprit que le chef possédait un corpocellulaire intégré directement à sa peau, résultat d’une technologie depuis longtemps utilisée par les habitants de Fortune Cité. (…)
— Si tu retrouves le vinyle de Dégâts d’âme, ces disques sont à toi. Comme tu peux le constater, ils valent une fortune. Je sais que tu as des clients qui pourraient te les acheter. »

« (…) en acceptant de mener cette enquête, Saline allait se retrouver dans un univers occulte, au coeur des clichés du heavy metal, avec ses possessions démoniaques, ses puissances infernales et ses musiques tonitruantes. »

L’Ordre des Ornyx : La confrontation

L'Ordre des Ornyx : La confrontation

« Depuis plusieurs mois, Mic, Jerry et moi-même, nous sommes disparus du plan Terrestre pour regrouper l’Ordre des Ornyx dans un plan d’évolution supérieure que nous nommons “Le Monde Central”.
Pour la protection du secret des Ornyx, mais aussi pour des raisons familiales et administratives, nos parents ont signalé notre disparition aux autorités. La police a retrouvé les cendres de nos corps humains, indice que nous avons trouvé la mort dans des circonstances tragiques et suspectes. L’enquête de la police a conduit à l’arrestation de Luc Thériault, cerveau présumé d’une sale affaire… »

« Le véritable auteur du meurtre, celui qui a manipulé Thériault se nomme Zhorus.
(…) Cet être sournois tente par tous les moyens de nous empêcher de réunir l’Ordre des Ornyx. »

La guerre des lumières

La guerre des lumières

« – On lui demande de décorer sa maison, il refuse et le lendemain, on lui apporte des décorations de Noël ! Vous ne trouvez pas ça un peu gros ? C’est presque de l’intimidation.
– Pas de l’intimidation, de l’intégration. On a donné aussi aux Kosky l’occasion de s’intégrer à leur quartier par ce cadeau. (…)
– Alors quelqu’un peut-il me dire pourquoi cette damnée tête de mule de Kosky ne se joint pas à notre liesse, à notre joie, à notre bonheur au lieu de les combattre ?
Le visage cramoisi, la bouche tordue par la colère, Ken Prescott gravit les marches de sa résidence en marmonnant jurons et menaces. »
« Cette année, promet mon père, vous allez en avoir plein la vue.
(…) La nuit, devant chez moi, il fera aussi clair que sur Broadway ! »

Édition 2011 (1ère parution en 2003)