Artémise, musicienne

Artémise, musicienneArtémise rêve de devenir une guitariste célèbre. Elle décide donc de se présenter à une audition visant à sélectionner les musiciens d’un spectacle monté à son école. Quand un élève plus doué qu’elle est choisi, elle se convainc qu’elle n’a aucun talent et songe à abandonner la musique.
Mais voilà qu’on lui propose de joindre un groupe de joueurs de ukulélé. Après quelques hésitations accentuées par les moqueries d’un autre élève, elle accepte. Elle tombe rapidement sous le charme de cet instrument, notamment en constatant la joie qu’il procure.
Coup de théâtre : à cinq jours du spectacle, le guitariste de l’orchestre scolaire doit démissionner à cause d’une blessure. Appelés à la rescousse, Artémise et son groupe sauvent la situation. Finalement, Artémise se rend compte qu’elle est plus douée qu’elle ne le croyait et qu’elle aime mieux semer la joie qu’épater la galerie.

Les tempêtes

Les tempêtesVoilà, nous étions quatre jeunes hommes de 16 à 18 ans, quatre fans des Beatles, avec des rêves plein la tête. Dans le garage paternel, nous répétions soir après soir.
En deux semaines, notre répertoire comptait déjà une dizaine de chansons.
Avec nos instruments, notre local, nos propres chansons et notre gérant, 1964 s’annonçait comme une année faste. Nous étions prêts à conquérir la planète !
– Hum ! a dit mon père qui nous écoutait… Vous n’avez pas encore joué une seule note de musique devant un public.