Hier, tu m’aimais encore

Hier, tu m'aimais encore« il n’y a pas
si longtemps
je comptais
les grains
de beauté
sur ta peau
ce soir
je compte
les jours passés
sans toi »

« tu avais besoin d’oxygène
tu as dit ça
en regardant le plancher
le plafond
les casiers
les autres filles qui passaient
en regardant
partout
sauf moi
pas eu le temps de voir
la lâcheté dans tes yeux
puis tu m’a laissée
seule
dans le corridor
avec la douleur
de l’abandon
devant le casier 138
et le silence métallique
se mêle à mon silence furieux »

Nous sommes ce continent

Nous sommes ce continent« [20 h 20] Je dis peut-être « mon amour » pour la dernière fois en parlant de toi. Je le dis et j’ai toutes ces images en tête. Notre bonheur à deux. Les moments beaux. Ceux que personne ne peut renier. Il n’y a pas que nos yeux qui en furent témoins. Il serait facile de penser que le vent tout autour est venu à bout de notre amour, mais c’est nous deux qui en sommes venus à bout cette fois. Ce que tu es. Ce que je suis. Nous deux séparément. Nous avons mis un terme à l’artifice parce qu’en dernier ce n’était presque seulement que ça, un combat maquillé en beauté. »

« Dans les entrailles des derniers jours avec elle, j’avais entrepris l’écriture d’un journal. Un journal de bord, pour tenter de me recentrer (…)
Tenter de mieux me comprendre. Je l’ai tenu tout le mois de septembre. Même après elle. »