Rhapsodie bohémienne

Rhapsodie bohémienne« Je lègue, à ma nièce Marie-Pier, mon appartement ainsi que tous les meubles et objets qu’il contient. Je lui laisse également mon oeuf de varan. Elle devra en prendre soin jusqu’à son éclosion. Si l’animal survit, Marie-Pier pourra recevoir le montant de mon assurance vie, soit la somme de 400 000 $… »
Mais, c’est à n’y rien comprendre, ma mère reste silencieuse et mon père sort fâché du cabinet du notaire.
Qui était cet oncle que j’ai à peine connu ? Comment peut-il m’écrire après sa mort ? Qu’attendait-il de moi ? Involontairement, je suis plongée au coeur de mystères qui ne s’éclairciront pas de sitôt.

Les vacances de Rodolphe

Les vacances de Rodolphe« En glissant sur la grande glissoire, Rodolphe continue son enquête : Est-ce que vos oursons contenaient des diamants, des pierres précieuses, de l’or, des jujubes ou des caramels mous ?
La réponse est toujours la même : Non… non… non… »

Rodolphe pourra-t-il prendre ses vacances en même temps qu’il mène une enquête sur les vols répétés de tous ces oursons ?

Frissons dans la nuit

Frissons dans la nuit« – Franchement, ce n’est pas ma faute si j’ai une vie plus palpitante que la vôtre ! s’est exclamée Carole-Anne. Et ce n’est pas une araignée que j’ai dans le plafond. J’ai un fantôme dans ma chambre, ce n’est pas pareil. »

Carole-Anne a toujours des histoires abracadabrantes à raconter pour justifier ses retards en classe.

Heureusement que son ami Guillaume la croit parce que, cette fois-ci, ça pourrait bien être sérieux.