Le mur de feu

Le mur de feu« La voix de cet homme est étrangement douce. Jamais encore je n’ai entendu quelqu’un parler à son chien de cette façon. Fasciné, je reste planté là.
C’est alors que l’homme lève les yeux de son cahier et me voit. Les yeux dans les yeux, nous nous dévisageons un moment.
Ma mère m’a souvent mis en garde contre les itinérants ; elle dit que la plupart ont des problèmes de drogue ou d’alcool et qu’ils sont souvent agressifs. Elle dit qu’il faut se méfier d’eux et, surtout, ne pas leur parler.
Soudainement, avec un courage sorti de je ne sais où, je me lance :
— Bonjour monsieur ! Euh… il est vraiment beau, votre chien.
— Salut mon brave ! Je te présente Chagall ; c’est mon meilleur ami… »

Saturne, le cheval de cirque

Saturne, le cheval de cirque« Les chevaux existent pour faire plaisir à mon grand-père.
Je suis convaincue que les chevaux existent pour lui faire plaisir. Moi aussi, j’aime les chevaux, c’est sûr.
Mais pour mon grand-père, c’est différent, car il parle avec eux. Les chevaux, c’est pour lui comme des meilleurs amis.
Et ça, les chevaux le savent. Ils tombent en amitié avec mon grand-père dès le premier regard. »