La saison des pluies

La saison des pluies

« C’est normal d’être triste.
Papa comptait énormément pour nous.
Il était au début de toutes nos phrases.
Au bout de tous nos regards.
Maintenant, il faudra apprendre à lui faire une place à l’intérieur de nous.
Une maison juste à côté de notre coeur. »

Édition 2013 – Nouveau format
1ère parution en 2011 – ISBN 978-2-89607-127-2 / EAN 9782896071272

Le coup de la girafe

Le coup de la girafe« – Maman, il est où le bonheur ?
– Écoute… tu entends ?
– Quoi ?
– Est-ce que tu entends un bruit ? Mais un très très grand bruit ?
– Non.
– Alors, c’est que le bonheur est ici. Je ne comprends rien à ce que ma mère raconte. J’accepte son bisou sur ma joue. Je note qu’elle se lève sur le bout des pieds. Je suis plus grand qu’elle. Normal. Je suis un homme. J’ai quinze ans.
Le docteur dit que, dans ma tête, j’ai six ans.
En ce cas, comment se fait-il que je sois en première secondaire, hein ? »

« – Pourquoi on t’appelle “ pacom” ? demande Chloé.
(…) C’est Romain qui réplique à ma place.
– Parce qu’on dit de lui qu’il n’est “ pas comme” les autres. C’est aussi niaiseux que ça. »

Le dernier été

Le dernier été« – Ne serait-ce pas plutôt Yankel, mon fils adoré, que tu ne comprends pas la personne de qui tu aimerais être compris ? »

« Ce matin-là, j’étais plus que jamais accroché aux lèvres de mon oncle, cherchant dans ses paroles le réconfort de mon âme ravagée. »
Je craignais que l’oncle Isaac prenne froid.
– Venez, oncle Isaac, lui ai-je proposé.
Rentrons.
– Mais d’abord,Yankel, mon fils adoré, dis-moi d’où te vient cette tristesse qui colore le timbre de ta voix.
J’avais mal dormi. Toute la nuit, j’avais revu en boucle l’image de Julie embrassant un étranger…
– Parfois, oncle Isaac, je me sens comme Sarg-XI. Je crois que personne ne me comprend. »