Le cirque Copernicus

Le cirque Copernicus« Je commençais à trouver que ce camp ne ressemblait pas du tout à des vacances et un peu trop à l’école, iProf en moins… On se serait cru à l’armée… »

«Super génial, Nick ! Une école de cirque ! Tu imagines ?
On passerait la journée à s’entraîner au lieu de faire ces foutus exercices de iProf à la noix qui ne servent à rien !
– Je vais commencer par voir ce que raconte cette pub.
… Et c’est ainsi qu’à peine deux jours après la fin de l’école, Marco et moi montions à bord d’un transporteur qui nous emmènerait au camp du cirque Copernicus.
La pub était géniale. Le camp était gratuit. Mes parents avaient finalement accepté.
Et puis c’était pour deux semaines. Vingt jours à peine. »

La vie en rouge

La vie en rouge« Homme de plume, dis aux hommes mes souffrances. Apprends au monde mes déboires de femme pour que je sois comprise et aimée, pour que mes soeurs ne connaissent pas la vie que j’ai vécue. Parce que, dans ma vie, j’ai vu beaucoup de pleurs sans consolation. Je voudrais que tu comprennes, homme de plume. Je voudrais que ces pages de mon histoire arrivent à tes lecteurs et je sollicite leur compréhension.
– Sois rassurée, je n’oublierai pas cette importante mission que tu me confies, lui dis-je. »

« Je m’appelle Yéli. Je suis née à Loto, un village de mille âmes environ. Devant chaque maison, il y avait un dieu en bois ou en terre arrosé de sang. »

Un livre sans histoire

Un livre sans histoireUn roman qui se réinvente à chaque page, est-ce possible ? De la librairie jusqu’au Nunavik, le roman te parle et te raconte son long périple, ses tribulations, ses blessures. Tantôt acheté pour les beaux yeux de l’auteur, tantôt dévoré ou lu à haute voix à des enfants, il passe de main en main. Ce qu’il sait de ses lecteurs et de ceux qui n’ont pas voulu le lire étonne autant que ses révélations et ses confidences.