Le décrocheur et la suppléante

Le décrocheur et la suppléante«Je dépose Pam dans sa poussette. Le garçon reste là, les bras ballants, embarrassé comme le sont souvent les ados.
Je lui dois des excuses :
— J’ai pensé que vous étiez en train d’enlever ma fille. Je suis vraiment désolée.
— Ce n’est pas grave.
Il reste là, à me regarder comme s’il se demandait où il a bien pu me rencontrer.
— J’ai été suppléante dans votre classe, il y a un an et demi.
— Oui, je m’en rappelle. Il me semble que je me souviens même de son nom.
— Roméo ? C’est ça, Roméo ? Ce n’est pas étonnant que je m’en rappelle : je m’appelle Juliette.
— Oui, puis vous, c’est madame… Dumouchel ? »

« Et nous nous mettons à rire, comme deux ados qui ne savent pas quoi se dire. »

Le menteur et la rouspéteuse

Le menteur et la rouspéteuse« Myriam n’a pas envie de passer deux fins de semaine de suite avec moi. Je connais ma fille. La semaine dernière, elle a passé son temps à rouspéter contre tout ce que je faisais, même quand je ne faisais rien. »

« — Quoi ? J’y suis allée la semaine passée ! … Papa est d’accord ?
— Je lui ai parlé. Rien ne lui fait plus plaisir.
Mon père est le champion des menteurs. Lui, content de me voir deux fins de semaine de suite ? Quand ça arrivera, les poules auront des patins à roulettes ! »

« — Ma grande ! Qu’est-ce que tu fais là ?
— Ben, je viens pour la fin de semaine. »

La fatigante et le fainéant

La fatigante et le fainéant« Si je vais reconduire la voisine chez le médecin, elle va peut-être me payer pour ça aussi. Je demande :
— Vous allez à la clinique de la rue Beaubien ?
— Oui.
— Je vais y aller avec vous. C’est plus prudent.
— Tu ferais ça pour moi ?
Elle prend mon visage entre ses deux mains et me donne sur la joue un baiser gluant. Dès qu’elle a le dos tourné, je m’essuie sur ma manche. »

Après Le nul et la chipie (Prix TD 2005) qui présentait un grand-père nul et sa chipie de petite-fille, François Barcelo récidive avec ce nouveau double portrait : un ado, pas tellement plus fainéant que la moyenne, et sa vieille voisine, peut-être moins fatigante qu’on le dit.