Les dents du fleuve

Les dents du fleuve« — Mais je n’ai pas grogné.
— Moi non plus.
— Mais alors, qui ?
— Ça vient de par là…
… l’animal approchait et à la lueur du feu, les trois compagnons, distinguèrent des oreilles pointues, des yeux injectés de sang et une gueule pourvue de crocs larges comme des couteaux de boucher.
— Aaaaaaah !
Ils évitèrent de justesse l’animal qui bondit au-dessus du feu et coururent à toutes jambes vers un érable aux branches basses.
— Est-ce que cette chose peut grimper ?
— Ce loup-garou, Michel. Appelons les choses par leur nom… »

Mais qui donc se transforme en loup-garou à Saint-Jean-Port-Joli ? Petit Gros et Grand Chapeau mènent l’enquête parmi sculpteurs et artistes. Que de suspects (et de suspense) !

La course contre le monstre

La course contre le monstre« – Rends-toi ! Nous te tenons !
– C’est ce que tu crois, maigrichon ! fit la voix étouffée de la créature. Grand Chapeau entendit un grognement furieux et les dents de la Patasola traversèrent le tissu magique de son chapeau. La créature s’enfuit en riant.
– Vite, poursuivons-la ! Dépêche-toi Grand Chapeau ! Elle va s’enfuir ! »

Ah ! la Colombie ! Un paradis, si on oublie quelques petits inconvénients comme les trafiquants, les paramilitaires, la guérilla et la Patasola. Oui la Patasola, c’est bien cette femme unijambiste qui sort la nuit pour attraper et dévorer les ivrognes qui rentrent trop tard. Petit Gros et Grand Chapeau réussiront-ils à capturer ce monstre ?

Petit Gros et Grand Chapeau

Petit Gros et Grand ChapeauTout le monde sait que la mouche tsé-tsé donne la maladie du sommeil. Mais, connaissez-vous la maladie de la mouche yé-yé ? Malto, le vampire, se transforme en mouche yéyé pour se nourrir du sang de ses victimes. En les piquant, il inocule un virus étrange qui rend les gens insomniaques.
Petit Gros et Grand Chapeau doivent absolument capturer Malto et le ramener dans leur monde souterrain pour neutraliser la contagion.
Mais Malto a des alliés, ce qui lui donne le loisir cruel de contaminer PRESQUE tous les résidents du quartier Saint-Sauveur. PRESQUE, car Michel et Sophie, les seuls qui peuvent encore dormir la nuit.