Les trois larrons

Les trois larronsLa légende raconte que Jonas s’est retrouvé à l’intérieur d’une baleine. Mais celui dont il est question ici n’a jamais vu de baleine, ni même d’océan. C’est un simple adolescent un peu naïf qui tourne mal en fréquentant une bande de jeunes délinquants. Après avoir volé une voiture, pourchassé de toutes parts, Jonas trouve une alliée improbable en la personne de Marie, une jeune fille de son âge.
Malheureusement, Marie a ses propres problèmes et, pire, elle ne vit pas au XXIe siècle, mais en 1734.

« La BMW ressemble à un félin de métal qui ne demande qu’à ronronner. Je m’approche de la mécanique bleue, je mets la main sur la poignée de la portière et un frisson me parcourt l’échine. Plus qu’un geste à faire et je bascule dans la délinquance. Je n’ai pas peur. Je m’en fous. »

Dans le cœur de Florence

Dans le cœur de FlorenceFlorence a 16 ans. Pas d’amis, pas d’amoureux. Mais elle écrit. Elle passe tout son temps à écrire dans son cahier, à imaginer, inventer, créer. Quand elle n’écrit pas, ses idées se bousculent comme une rivière en crue. Son écriture est fougueuse, déliée, pas encore domptée. Le rythme de l’urgence. Florence écrit comme elle pense.
À la maison, rien n’est simple pour Florence, et elle riposte. Coups de gueule, insolence, provocation. Elle trouve refuge sur la grève, happée par le paysage sauvage de Charlevoix. Elle parle à sa mère, qui n’est plus là. Les épaules appuyées contre la montagne, le coeur sur le rivage. Des garçons gravitent autour d’elle.
Manu, Toby, le bluesman. Florence les évite, les désire, les repousse. Seule la création lui permet de garder son équilibre, à cet âge où l’avenir ressemble à un banc de brume. Son cahier d’écriture, dont elle ne se sépare jamais, est sa bouée. Mais elle le perd. Et tout bascule. Poussée dans le vide sans parachute. Elle ira jusqu’au bout dans l’affirmation de sa création.

Suivre le lapin blanc

Suivre le lapin blancCette histoire commence lorsqu’il rencontre Alice.
La belle Alice des vacances d’été à la plage. Celle qui captive toute son attention. Celle qui le fait rêver. Celle qui le rend amoureux.
Cette même Alice qui sera nouvelle à son école. Coïncidence?
Il ne croit pas aux coïncidences. Pour lui, c’est clair, c’est un signe.
Le genre de signe qu’on décide de suivre un matin de pluie, un jour de plage, un jour de rentrée scolaire, un jour d’adolescence.
Il ne manque qu’un carnet bleu bord de mer et l’histoire s’écrit, d’elle-même, presque comme par magie…