Tu étais ma façon d’aimer

Tu étais ma façon d'aimerJ’ai juste envie d’écrire
de me perdre dans mes histoires
noircir des lignes des lignes sans compter
ravir la lumière de mon cerveau
et la charbonner sur mes feuilles lignées
Avant
quand mon crayon touchait le papier
mon cahier s’enflammait
j’avais tellement d’idées
que ma main n’allait pas assez vite
pour les écrire
les mots déboulaient et ma tête répétait
pour ne pas les oublier
les phrases pressées les unes contre les autres
qui se tenaient sur le plongeon de dix mètres
avant de sauter dans le vide
et de me surprendre

Fil et Flo en filature

Fil et Flo en filatureFil et Flo ont la peur de leur vie lorsque Charlotte, surgie de nulle part, se jette sur eux et les pousse violemment dans la rue.
N’importe qui de sensé se serait ensuite tenu loin de cette femme – mais pas les deux jeunes acolytes. Une fois revenus de leur frayeur et, surtout, intrigués par cette femme qui se déguise pour mendier, ils décident de mener leur petite enquête.
Le problème, pendant leur investigation, c’est qu’un obstacle n’attend pas l’autre ; ils doivent faire preuve de beaucoup de détermination – pour ne pas dire d’entêtement – pour arriver à dissiper le mystère opaque entourant Charlotte.
Celle-ci, incidemment, ressemble étrangement à la peintre Emily Carr, une artiste marginale et excentrique de la côte ouest du Canada dont les jeunes rêvent d’aller admirer les œuvres à Vancouver.

La fille qui voulait tout

La fille qui voulait toutEntre ses cours chez madame Drosdova et ses visites au parc où elle retrouve son père, Alma ne vit que pour son violon. Il n’y a que lui qui réussisse à la faire vibrer. Quand elle joue, l’adolescente a l’impression de toucher à l’immensité, de participer à quelque chose de plus grand qu’elle. Un grand feu fait rage sous ses airs de jeune fille sage. Alma Rochefort donne tout à la musique.
Mais un concours auquel elle s’est inscrite vient tout changer. Les amitiés sont attirantes, et les garçons encore plus. Il est facile de se laisser distraire. Tous ces beaux gars peuvent-ils devenir plus importants que sa musique ?
Doit-elle leur faire confiance et partager avec eux sa passion pour la porter encore plus loin ?
Pourquoi subir autant de pression, pourquoi s’obliger à suivre toutes les consignes de sa prof sans protester ?