L’année du sorcier

L'année du sorcier« Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé, mais c’est toujours difficile d’être un nouvel élève dans une école. C’est pire encore quand on est le premier nouveau depuis des années. »
Ma sixième année allait être une année de rejet, de moqueries et de solitude. Une année où je serais obligé de me cacher, de mentir…
Et même de me faire passer pour un sorcier.
Il faut dire que je n’y serais jamais parvenu si ma tante Tine n’avait pas eu la réputation d’être elle-même une sorcière.
Ou si David-le-Roux n’avait pas été aussi peureux.
Ou s’il n’y avait pas eu cette bouteille de Coca-Cola. Mais je saute des étapes. Mieux vaut raconter l’histoire dans l’ordre.»

La forme floue des fantômes

La forme floue des fantômes« – Je suppose donc que tu ne crois pas aux fantômes ? insiste Voyer.
— Pas une miette.
— Alors, je te défie de dormir une nuit entière dans la maison des Turgeon- Hébert.
— C’est quoi, cette gageure pour débiles ?
— Tu te défiles ? Tu as peur d’avoir peur ?
— Contrairement à toi et à ta bande d’arriérés, Voyer, j’ai passé l’âge des enfantillages.
— Tu te penses supérieur à tout le monde avec ton cerveau d’Einstein mal cloné alors, on t’offre la possibibilité de prouver que les profs de sciences ont raison de te considérer comme un génie.
— Je n’ai rien à te justifier, Voyer. »

« — Anoushka ! lance tout à coup l’une des copines de Sarah. Les gars parlent d’aller à la chasse aux revenants dans la maison que tes parents veulent acheter ! »

La brute et la belle

La brute et la belle–Salut ! Est-ce que tu veux qu’on travaille ensemble ?
Marie-Noëlle s’était retournée vers moi et elle me regardait avec ses yeux brillants. Ses yeux bleus, comme le ciel… Et ses cheveux châtains, comme…
Je ne sais trop quoi. Pourquoi est-ce qu’elle me regardait ? Elle… voulait faire les problèmes avec moi ? Était-ce une blague ? Un piège ? Elle allait éclater de rire d’une seconde à l’autre et me rejeter du revers de la main, j’en étais certain !
— Euh… C’est-à-dire que…
— Si t’es déjà avec quelqu’un, c’est correct. C’est juste que je suis toute seule, moi.
Elle était sérieuse. Et elle me regardait comme… Comme quoi ?

« C’est à ce moment qu’une pensée étrange a effleuré mon esprit. Une pensée que j’ai aussitôt rejetée parce que trop incroyable. Je devais me tromper !
Pourquoi est-ce qu’elle m’aurait regardé comme si j’étais normal ? »