Chambre 703

Chambre 703À 14 ans, Alyxia Joseph quitte clandestinement Haïti avec son frère.
La traversée vire au drame lorsqu’elle est kidnappée par un des passeurs.
Son périple sordide l’amène à aboutir, droguée, dans une chambre d’hôtel du Vieux-Montréal durant le Grand Prix de Formule 1.
Son premier client est un père de famille qui se trouvera dépassé par les événements.
Avec l’aide de personnes bien intentionnées, la jeune fille est libérée du réseau d’exploitation sexuelle et une enquête est menée pour tenter d’attraper le proxénète et les clients abuseurs de mineurs.
Alyxia est une battante et elle est créative. Elle s’en sortira.

Dernier départ pour l’Ailleurs

Dernier départ pour l'AilleursPartir.
Le rêve ou la fuite.
L’envie, surtout.

D’une part, il y a le désir d’arpenter le vaste monde et de découvrir de nouveaux horizons.
Mais d’autre part, il y a aussi l’envie profonde de s’enraciner dans un lieu précis.
Jeanne, 15 ans, est prisonnière de cette tempête. Où se situe-t-elle sur cette terre ?
Parfois, elle a l’impression de porter l’univers entier sur ses épaules et elle n’a pas tout à fait tort.
D’autres jours, elle est persuadée que le monde pourrait bien tourner sans elle, et là encore, elle n’a pas tout à fait tort.

En fuite vers l’aéroport, Jeanne observe les avions, les gens, les départs… avec ses émotions, ses doutes et ses peurs.
Mais c’est là qu’elle réussit, étrangement, à calmer les bourrasques et les turbulences de sa vie.

L’Heptapole – Deuxième partie : l’Unicapitale

L'Heptapole - Deuxième partie : l'Unicapitale« Sous le regard de tous, Frédérique alla rejoindre les rangs de garçons, encore une fois uniquement des garçons, à la seule différence qu’ils étaient cette fois habillés de kaki plutôt que de tuniques de couleur. Frédérique aussi portait du kaki : un habit militaire, le même que tant de citoyens, dans cette ville qui produisait des armées plutôt que des appareils électroniques. Il semblait souvent à Frédérique qu’il n’y avait que ça autour d’elle, dans cette ville qui s’appelait l’Unicapitale : des soldats surveillants, instructeurs, cadets ou officiers. Elle faisait maintenant partie de l’armée, celle-là même qui avait tiré sur les citoyens le jour de la révolution dans l’Heptapole. »

« Jules et Frédérique demeurèrent immobiles, Frédérique sur le point de pleurer, ce qu’elle fit en silence, lorsqu’une voix convainquit les autres de procéder à une fouille complète de la maison … »