Ti-Prout

Ti-Prout« Personne ne m’appelle Jérôme. Mon père, ma mère et tous mes amis me surnomment Ti-Prout parce que je pète tout le temps. Ce n’est pas de ma faute. (…)
Quelques fois, je fais de petits prouts de rien du tout. Ils sont silencieux et ne sentent presque rien : je les surnomme mes roses. Les prouts de taille moyenne, je les surnomme mes papillons, et les gros prouts qui font beaucoup de bruit s’appellent des éléphants. »

Jérôme est donc rejeté. Il finira par combler sa solitude en rencontrant une fillette qui a… le même problème que lui !

La forme floue des fantômes

La forme floue des fantômes« – Je suppose donc que tu ne crois pas aux fantômes ? insiste Voyer.
— Pas une miette.
— Alors, je te défie de dormir une nuit entière dans la maison des Turgeon- Hébert.
— C’est quoi, cette gageure pour débiles ?
— Tu te défiles ? Tu as peur d’avoir peur ?
— Contrairement à toi et à ta bande d’arriérés, Voyer, j’ai passé l’âge des enfantillages.
— Tu te penses supérieur à tout le monde avec ton cerveau d’Einstein mal cloné alors, on t’offre la possibibilité de prouver que les profs de sciences ont raison de te considérer comme un génie.
— Je n’ai rien à te justifier, Voyer. »

« — Anoushka ! lance tout à coup l’une des copines de Sarah. Les gars parlent d’aller à la chasse aux revenants dans la maison que tes parents veulent acheter ! »

Monsieur Khaloun

Monsieur Khaloun« À nous quatre, on a fait les fous comme pour rattraper le temps perdu.
Des jeux, il n’y en existait pas assez. Alors, on a inventé le volley-bottine.
Quand on en a eu assez, on a joué au basket-foot. J’étais le champion.
Monsieur Khaloun, lui, était d’avis qu’on dépassait les bornes. On peut dire qu’il nous a coupé notre élan, le voisin. »